Aller au contenu

Si l’art tombe seul dans la forêt, qui peut l’entendre ?

Table de concertation territoriale - Vitalité art et culture des Sources

Au printemps 2024, trois tables de concertation territoriales se sont réunies : Vitalité art et culture des Sources, la Table de concertation des arts et de la culture du territoire du Val-Saint-François ainsi que la Table de concertation des arts et de la culture du territoire de Memphrémagog. Dans chacun des cas, un enjeu similaire en plusieurs points est revenu :

L’offre artistique et culturelle offerte dans chacune des MRC est abondante, mais elle n’est pas suffisamment relayée, connue, vue, apprécié.

Achevant le travail entamé par les compagnies du GAFAM, la pandémie de COVID-19 et les mesures utilisées pour la combattre – bien qu’elles aient sauvé des vies – a accentué les fractures sociales, éloignant une partie de la population de l’expérience des arts dans le réel au profit du virtuel décidé. hors de nos frontières, dans d’autres contextes. Même si aujourd’hui la population a retrouvé le goût de sortir, plusieurs formes d’art peinent à reconnecter avec le public. Chacune de ces tables de concertation territoriale a, de son côté, mis en lumière l’enjeu de la reconnexion avec le public.

Vitalité art et culture des Sources

Lors des réunions du 22 avril et du 11 juin, les membres de cette table de concertation ont creusé ensemble l’enjeu de « Faire connaître davantage la culture sur le territoire », en partant de la piste d’action suivante « Développer un projet de promotion artistique et culturelle sur le territoire de la MRC des Sources ». Un des projets les plus récents a été la Célébration culturelle, celle-ci a été parrainée et menée par l’organisme RAVIR, et lors duquel non seulement les arts, mais toute la culture locale, ont été célébrés, et des prix remis.

Depuis plusieurs années, cette table travaille à renforcer la collaboration entre les acteurs culturels locaux, les municipalités et la MRC. Manifestant son appui aux préoccupations de cette table de concertation, la MRC des Sources a développé le portail Région des Sources et son calendrier, à l’intention des citoyen(ne)s et des touristes.

Nourrie par la communauté culturelle, cet outil fait partie des solutions à la visibilité et la connaissance de l’offre artistique et culturelle du territoire, mais ce n’est qu’un rouage au sein d’un engrenage plus complexe à développer et alimenter. De fait, les membres de cette table ont travaillé à dessiner l’ensemble des rouages manquants : essentiellement, l’information est réunie, mais elle n’est pas relayée. Bref, l’élément manquant, c’est la transmission de l’information recueillie sur Région des Sources vers les relayeurs, dont les municipalités, les médias, les offices touristiques et les citoyen(ne)s – soit ceux et celles qui aiment la culture au point d’être abonné(e)s aux infolettres, ceux et celles qui motivent les autres à participer.

La bonification des courroies de transmission va comme-ci :

À chaque trois mois, les artistes et les organismes culturels envoient à Régions des Sources un bref résumé de leurs activités et un lien vers leur communiqué ou leur page web qui présente les activités pour les trois mois à venir.

À son tour, Région des Sources produit quatre infolettres, une par trois mois, incluant les résumés, les liens vers chaque communiqué ou page web des artistes et organismes culturels, un lien vers le Calendrier Région des Sources, une mise à jour de l’événement de La Célébration culturelle RAVIR, deux codes QR à imprimer (vers l’infolettre + vers Région des Sources/calendrier).

Enfin, Région des Sources envoie l’infolettre produite aux responsables des communications des municipalités, aux médias, aux ressources du tourisme et à tout autre personne inscrite à la liste de diffusion : organismes communautaires, citoyen(ne)s relayeurs(-euses), entreprises, écoles, etc.

Le projet a été présenté à la chargée de projets en tourisme et culture, les discussions se poursuivent. Une prochaine rencontre de la table de concertation est prévue début septembre.

Documents liés

Table de concertation des arts et de la culture du territoire du Val-Saint-François

Partageant ce même objectif d’accroitre l’accès des publics aux productions artistiques et culturelles d’ici, les membres de la Table de concertation des arts et de la culture du territoire du Val-Saint-François ont une réalité territoriale différente de la MRC des Sources. Regroupant plus du double de municipalités (18 comparativement à 7 dans la MRC des Sources) qui sont reparties sur une superficie plus vaste de 43%, la première préoccupation est en amont : « Se connaître soi-même d’abord ».

Partant du principe que les membres de la table gagneraient à augmenter leur connaissance de l’offre artistique et culturelle en premier lieu, le plan d’action de la Table, créé lors de la rencontre du 23 avril, est segmenté en plusieurs enjeux imbriqués les uns avec les autres, sur une ligne continue :

Lors de la rencontre du 17 juin, les membres de la table ont développé l’objectif « Renforcer la connaissance de l’offre artistique et culturelle entre les acteurs (artistes et organisme culturels) sur le territoire » à partir la piste d’action « Cibler des partenaires et organiser des visites chez les organismes culturels du territoire, à la manière de la « Tournée du député » »

La première action liée à ce plan est le Tour du Val – Art + Culture à Racine, une activité prévue le 25 septembre qui allie une courte rencontre de travail (60 minutes) à deux visites guidées, soit la Maison de la culture de Racine et une visite en primeur des Jardins Racines.

Documents liés

Table de concertation des arts et de la culture du territoire de Memphrémagog

Avec une superficie et un nombre similaire de municipalités au Val-Saint-François, la MRC de Memphrémagog compte un avantage et un désavantage qui lui sont propres. D’abord, à l’exception des MRC plus urbaines telles que Sherbrooke et Granby, la densité de sa population est la plus élevée parmi les MRC à caractère rural, avec la MRC voisine, Brome-Missisquoi, tout près derrière. Ces deux MRC comptent aussi le plus grand nombre d’artistes hors des centres urbains. Toutefois, une caractéristique géographique reconnaissable amène la segmentation de la MRC en deux : le lac Memphrémagog sépare l’ouest de l’est, créant ainsi deux microcosmes distincts. Au sud du lac, étant donné la frontière américaine, les personnes qui habitent Stanstead sont plus proches de Sherbrooke (45 minutes) que de Mansonville (presqu’une heure). Et enfin, tant à l’ouest qu’à l’est, les MRC voisines (Brome-Missisquoi à l’ouest et Coaticook à l’est) sont plus accessibles que le côté opposé sur lac.

Lors d’une première rencontre au cœur de ce territoire, à Magog, le 10 mai dernier, les membres de la Table ont amorcé les échanges sur les priorités et les pistes d’action. Sur les 20 idées de pistes d’action partagées, 40 % concernent la promotion et 30 % la diffusion. L’enjeu est non seulement de faire en sorte que l’information sur l’offre se rende aux citoyen(ne)s, mais aussi de développer des circuits, des endroits et des lieux où diffuser la culture. Autre particularité associée à ce territoire – et sans doute encore davantage à la MRC voisine de Brome-Missisquoi : le nombre d’artistes visuels en exercice est considérable. Bref, les suggestions de pistes d’action en lien avec la diffusion et la promotion trônent en tête de la liste des idées exprimées.

Lors d’une prochaine rencontre, à l’automne prochain, les membres de la Table cibleront leurs priorités et décideront de la forme du plan d’action à venir. Cette rencontre devrait se tenir au Rucher Boltonnois, à l’ouest du Lac Memphrémagog.

Documents liés

Sur les territoires des disciplines

Les trois tables de concertation  cités partagent des enjeux avec plusieurs des disciplines artistiques et culturelles représentées au Conseil de la culture de l’Estrie, notamment les Arts médiatiques, cinéma et vidéo, les Arts visuels, la Danse, la Diffusion, les Lettres, livre et l’oralité et le Théâtre et arts du cirque. Dans chacune de ces disciplines, les enjeux s’incarnent de différentes façons, mais l’enjeu reste le même : l’accès des citoyen(ne)s à l’offre culturelle.

Du côté des Arts médiatiques, cinéma et vidéo, l’enjeu se résume ainsi : « Améliorer la circulation des œuvres estriennes ». L’objectif est de « mieux comprendre les mécanismes de la distribution, développer des réseaux de circulation, intéresser différents publics et les médias. »

En Arts visuels, comme discuté aussi à la Table de concertation de Memphrémagog, c’est plutôt au niveau de l’accès à des lieux de diffusion que l’enjeu est ciblé. Outre un inventaire des lieux existants, un projet de « réseau [..] à l’échelle régionale pour constituer un appel de dossiers unique pour la conception de programmations annuelles [..] » est visé.

Au niveau de la Danse, on souhaite « Développer les publics », notamment « [..] via un agent(e) culturel(le) qui présente les propositions de la région aux différents réseaux de diffuseurs, en développant des scènes extérieures et davantage de partenariats. »

Les Diffuseurs planifient « travailler ensemble pour aller chercher le public », notamment par la création d’un réseau de salles de proximité, de l’accompagnement-conseils spécialisés en virage numérique et par la mutualisation de certaines communications. Le sujet de la diffusion a aussi été évoqué en Musique.

Le milieu des Lettres, livre et oralité mise plutôt sur le renforcement « des structures (organismes) existantes afin de contrer les enjeux socioéconomiques actuels », par exemple les Correspondances d’Eastman, la Maison des arts de la parole, le Salon de livre de l’Estrie, en Verve et poésie, bref, sur les organismes qui font la promotion du livre et de l’oralité.

Enfin, le secteur du Théâtre et les arts du cirque travaillent activement à développer des liens plus étroits avec La Tribune et La Vitrine culturelle afin d’augmenter la couverture de l’offre disciplinaire.

Conclusion

À travers cet enjeu crucial qu’est le financement public, ceux liés à la diffusion et la promotion ressortent des préoccupations avec une rare urgence. Face à la montée des sirènes attirant nos yeux et nos ouïes vers l’ailleurs, il est temps pour nous d’allumer les phares qui guideront et ramèneront nos gens à se souvenir qui ils sont, à habiter le territoire réel sous leurs pieds, plutôt qu’à rêver d’un ailleurs qui rompt le tissu social et qui contribue à nous éloigner les uns des autres.

La tournée des territoires se poursuit à l’automne 2024. Nous souhaiterons que vous y participez activement!

Des questions?

Guillaume Houle
Agent de développement
[email protected]
819 563-2744 p. 223

Partage

Renouvellement

Rien de plus simple pour renouveler votre abonnement au conseil de la culture que d’utiliser l’un des boutons ci-dessous.

Membre individu

Artiste, travailleur ou travailleuse culturel(le) professionnel(le) ou autre personne intéressée.

25$

Membre organisme

Organisme culturel professionnel ou reconnu ou tout autre organisme intéressé.

45$