Aller au contenu

Radiographie médiatique de l’Estrie : Au-delà du numérique et de la dématérialisation

Jetons un regard sur l’actualité des actualités en Estrie.

Les médias régionaux en 2024

À l’ère de la dématérialisation, où les GAFAM de ce monde siphonnent littéralement la presque totalité des revenus publicitaires, que reste-t-il des médias régionaux, voire locaux ? Est-ce qu’il existe encore des voix près de nous pour faire entendre celle des arts et de la culture ? Jetons un regard sur l’actualité des actualités en Estrie. 

Des médias de proximité municipale ou de quartier 

Depuis plusieurs années, un phénomène particulier touche les MRC du Haut-Saint-François et de la Ville de Sherbrooke : la présence de plusieurs publications consacrées à un village ou à un quartier en particulier. Dans le Haut-Saint-François, on retrouve Bury’s Image de Bury, Le Reflet du canton de Lingwick, L’Éveil du citoyen de Weedon, le Journal Communautaire d’Ascot Corner, L’Évènement de Scotstown-Hampden, Le Papotin de Dudswell. Bref, plus de la moitié des villages disposent d’une publication centrée sur leur communauté. 

Sur le territoire de Sherbrooke, quelques quartiers font de même, avec le Journal communautaire Ici Brompton, L’Info de Saint-Élie-d’Orford et Regards d’Ascot; voilà des publications qui, par leur existence, évoquent le sentiment d’attachement aux anciennes municipalités. 

D’autres villages ailleurs en Estrie disposent eux aussi de publications similaires : Le P’tit journal de Woburn (Granit), Le Trident de Wotton (Les Sources) et Le Saint-Denisien (Val-Saint-François). 

Des médias à l’échelle des MRC… ou presque ! 

En supplément aux médias à l’échelle municipale, le Haut-Saint-François bénéficie du travail du Journal régional le Haut-Saint-François, situé à Cookshire-Eaton, la MRC du Granit, celui de L’Écho de Frontenac, la MRC de Coaticook, celui du Progrès de Coaticook, la MRC de Memphrémagog, le Reflet du Lac, alors que l’Actualités-L’Étincelle couvre les territoires du Val-Saint-François et Les Sources. En parallèle, le média Val-Ouest couvre l’actualité de Bonsecours, Canton de Valcourt, Lawrenceville, Maricourt, Sainte-Anne-de-la-Rochelle, Racine et Valcourt, toujours dans la MRC du Val-Saint-François.

À Sherbrooke, quelques années après le départ du mensuel Visages, du Journal de Sherbrooke et de La Nouvelle, hebdomadaire distribué à toutes les portes de la Ville de Sherbrooke de 1982 à 2015, un nouveau média a récemment vu le jour . Il s’agit du Sherbrooke info, en ligne et publié à quelque 20 000 exemplaires, qui paraît sur une base hebdomadaire, avec une section consacrée aux arts et à la culture et un calendrier d’événements. 

Des médias spécialisés 

Sherbrooke, du fait de sa taille, rassemble différents milieux. Quelques-uns sont représentés par des publications qui font écho à leurs voix, à leurs idées : Entrée Libre se définit comme un journal communautaire, alors le Journal de rue vise « la réintégration progressive à l’emploi ou la remise en action de personnes en situation de précarité, d’exclusion ou vivant des difficultés psychosociales ». Le Collectif porte les échos du campus de l’Université de Sherbrooke, alors de la Revue L’Esprit Libre propose « de sortir du média spectacle », abordant des sujets qui débordent largement de Sherbrooke et de l’Estrie. 

Des médias écrits régionaux 

La plume, bien que fortement dématérialisée, vit encore dans les médias régionaux de la région.  La Tribune a accéléré sa transformation en devenant membre de la Coopérative nationale de l’information indépendante en 2020. Fédéré avec cinq autres quotidiens, ce média continue d’offrir, entre autres secteurs, un regard à la fois local-régional et national-international sur les arts et la culture. 

À contrario, Estrie Plus, un média en ligne, se concentre exclusivement sur les nouvelles de la région estrienne. 

Rédigés en anglais, The Record et The Townships Sun se penchent davantage sur l’actualité de la communauté anglophone de la région. 

Des médias dans vos oreilles 

Différents médias radiophoniques ont pignon sur rue et fréquence d’antenne disponible pour nos radios, selon l’emplacement. 

Citons CIGN à Coaticook, CJIT à Lac-Mégantic, CJAN à Val-des-Sources, CIAX à Windsor et CFLX à Sherbrooke. Ces radios couvrent une partie du territoire estrien autour de leur antenne, en plus de diffuser sur la Toile. Pour Memphrémagog, Radio Webphré Magog diffuse en ligne. Entre temps, des jeunes préparent un projet de radio à partir d’une idée d’Alain Coulombe, qui a d’ailleurs représenté les Territoires pendant quelques années au sein du conseil d’administration du Conseil de la culture de l’Estrie. 

À Sherbrooke, des ondes partent aussi du campus universitaire de l’Université de Sherbrooke avec CFAK, ainsi que de l’Université Bishop’s dans le secteur de Lennoxville, avec CJMQ, qui dessert la communauté anglophone. 

La radio d’état Ici Radio-Canada Estrie possède un bureau à Sherbrooke et couvre l’actualité des arts et de la culture lors de ses émissions estriennes, sur les ondes le matin et au retour à la maison. Des chaines de radio privées diffusent également à partir de Sherbrooke : Énergie, Rouge, Rythme FM et le 107,7 Estrie. 

Des médias sur vos écrans 

Les chaînes de télévision classiques continuent leur travail en Estrie, avec ICI Radio-Canada Estrie, Télé-Québec et La Fabrique culturelle en ligne (où des articles côtoient des vidéos), Noovo (anciennement TQS) et TVA, laquelle vient de subir des coupes drastiques et historiques, réduisant malheureusement le contenu généré en région. 

Quelques stations de télévision communautaires produisent du contenu local, dont Canal Info + à Danville, MaTV de Sherbrooke, NousTV de Magog et TVME de Valcourt. 

Et après ? 

Devant cette vitalité médiatique, que faire ? Écrire, contacter, communiquer ! J’entends vos soupirs : à quand le temps pour la création ?

Auteur : Guillaume Houle
Pour le joindre, rendez-vous à la section Équipe du menu À propos

Partage

Renouvellement

Rien de plus simple pour renouveler votre abonnement au conseil de la culture que d’utiliser l’un des boutons ci-dessous.

Membre individu

Artiste, travailleur ou travailleuse culturel(le) professionnel(le) ou autre personne intéressée.

25$

Membre organisme

Organisme culturel professionnel ou reconnu ou tout autre organisme intéressé.

45$