Aller au contenu

Arts visuels : un Rendez-vous annuel bien vivant

Concertation

C’est le 19 janvier dernier, dans la grande salle du centre Sporobole, que ce sont réunis artistes, travailleur(euse)s culturel(le)s et gestionnaires d’organismes culturels du milieu des arts visuels. La rencontre avait pour objectif de prioriser les grands enjeux du secteur identifiés et regroupés, dans un premier temps, par l’agent de développement du CCE, Jean-François Hamel, et la représentante de la discipline, Vicky Chainey Gagnon.

Naturellement, avant d’en arriver à statuer de priorités en termes d’enjeux régionaux, il est normal de prendre le temps d’entendre les enjeux individuels. Ce processus a plusieurs avantages : d’une part, il ouvre la porte à l’intelligence collective et au réseautage, qui permettent de surmonter efficacement des obstacles ponctuels; d’autre part, il permet à l’équipe du CCE de mieux identifier les ressources dont il dispose pour soutenir le milieu. De plus, lorsque les enjeux individuels trouvent écho dans la liste des enjeux régionaux, la recherche de solutions devient beaucoup plus concrète et les échanges s’en trouvent dynamisés.

Ce qui a d’ailleurs été le cas, malgré le froid de ce vendredi après-midi de janvier. 

Un processus démocratique

Le groupe réuni a donc entendu un résumé de l’état de situation qui leur avait été envoyé avec l’invitation à la rencontre. Chaque enjeu identifié a été présenté et a fait l’objet de propos nuancés et de précisions, de sorte qu’au terme des échanges, chacun(e) ait la même compréhension.

On a ensuite demandé aux personnes participantes d’identifier tout autre enjeu qu’elles souhaiteraient soumettre à l’attention du groupe, et donc, possiblement, à l’exercice de priorisation.

Enfin, le groupe était appelé à voter pour les enjeux qu’il juge prioritaires. Après le décompte des votes, on a validé les résultats pour s’assurer que l’ordre de priorité faisait l’objet d’un consensus.

Des enjeux, un comité

Le vote a permis d’identifier trois enjeux incontournables :

    1. La diffusion et le rayonnement des œuvres;
    2. Le financement;
    3. Les ressources matérielles.

 

Les échanges qui ont suivi ont concerné davantage les premier et troisième enjeux, parce que la question du financement, bien que prioritaire, provoque chez la majorité des intervenant(e)s un sentiment d’impuissance. On insiste par contre sur le besoin de poursuivre les efforts de représentation, tant du côté du milieu auprès des élus locaux, que du CCE auprès des élus municipaux, régionaux et nationaux, et des bailleurs de fonds, etc. On émet l’hypothèse qu’un meilleur financement pourrait même répondre à des enjeux de diffusion en permettant à certains diffuseurs saisonniers de prolonger leurs activités.

Puisqu’il en est question, la diffusion a occupé la plus grande part des discussions. Alors que d’un côté, on demande qu’augmente le nombre de lieux de diffusion en arts visuels, de l’autre, on rappelle qu’il faudrait d’abord assurer la découvrabilité, la pérennité et la stabilité de ceux qui occupent déjà le territoire. De nombreuses pistes d’action sont identifiées au sujet de la diffusion. Retenons ici les propositions suivantes :

      • qu’un inventaire exhaustif des lieux soit réalisé,
      • qu’un réseau soit mis sur pieds à l’échelle régionale pour constituer un appel de dossier unique pour la conception de programmations annuelles, ou encore,
      • que le secteur demande à la Ville de Sherbrooke un meilleur soutien pour les centres culturels d’arrondissement (CCA).

À ce sujet, on a aussi proposé qu’en revoyant le modèle des CCA, ceux-ci pourraient éventuellement constituer une solution partielle à l’enjeu des ressources matérielles. Pour ce faire, on propose qu’un comité se forme pour analyser le modèle des Maisons de la culture de Montréal et de faire une proposition à la Ville de Sherbrooke en ce sens.

La suite pour le Conseil

Après avoir entendu et colligé les pistes d’action et les réflexions tenues au fil de la rencontre, le CCE produira un nouvel état de situation qui présentera les enjeux, tels qu’ils ont été priorisés par le milieu. Cet outil devrait permettre à ceux et celles qui le souhaitent de prendre le pouls du secteur en quelques pages. Il s’avérera donc utile lors des représentations du Conseil.

L’agent de développement, de son côté, veillera à la mise sur pieds et à la logistique du comité de travail sur les centres culturels d’arrondissement.

Enfin, les résultats du Rendez-vous seront partagés avec l’équipe du CCE pour permettre d’identifier quelles actions pourraient soutenir davantage le milieu. Ces actions pourraient être portées par le Pôle culturel régional, ou encore par le service de la formation continue.

Élections au conseil d'administration

Parmi ses membres actifs, le conseil d’administration du CCE accueille un représentant ou une représentante de chaque secteur disciplinaire. Les personnes élues seront en poste avec un mandat de deux ans. En plus de contribuer à la gouvernance du Conseil sur cette période, elles deviennent aussi conjointement responsables de la concertation du secteur avec l’agent de développement qui y est rattaché.

En arts visuels, c’est Vicky Chainey Gagnon qui a occupé ces fonctions jusqu’à tout récemment. Étant appelée à relever de nouveaux défis dans sa carrière et ayant exprimé le souhait de passer le flambeau, madame Chainey Gagnon a annoncé sa décision peu avant la rencontre. Nous profitons de cette occasion pour la remercier de sa contribution à la mission du CCE, de même qu’au développement de la pratique professionnelle en arts visuels durant ces dernières années.

Le poste de représentant(e) en arts visuels est non seulement vacant, il est en élection (mandat 2024-2026)  lors de la prochaine assemblée générale annuelle des membres qui se tiendra le 13 juin 2024, tous les renseignements seront mis en ligne sous peu (à surveiller : la page Web de la vie associative du Conseil de la culture). À ce titre, si vous souhaitez déposer votre candidature, vous pouvez le faire en communiquant avec Jean-François Hamel, à l’adresse suivante : [email protected] 

Pour valider votre candidature, sachez qu’il faut être membre actif en règle au Conseil. Il vous faut aussi recueillir au moins trois signatures de membres actifs issus de votre secteur, ou encore, cinq signatures de membres actifs, tous secteurs confondus.

Partage

Renouvellement

Rien de plus simple pour renouveler votre abonnement au conseil de la culture que d’utiliser l’un des boutons ci-dessous.

Membre individu

Artiste, travailleur ou travailleuse culturel(le) professionnel(le) ou autre personne intéressée.

25$

Membre organisme

Organisme culturel professionnel ou reconnu ou tout autre organisme intéressé.

45$